Compagnie du Grand Désherbage Spectacles Expositions Lectures
Compagnie du Grand Désherbage                                                                        Spectacles Expositions Lectures

        ACTUALITÉS        spectacles 2019

2019

spectacles

 

Denis Wetterwald et son orchestre

 

20 avril Soulaines (49)

14 juin Caen (14)

20 juin La Flèche (72)

25 juin Luynes (37)

12 octobre Meyssac (19)

 

 

Dernières publications 

 

Aurore… pavillon K. Z4 éditeur 2019

 

***

 

a traduit du letton avec Anita Klavins

Même cette petite étoile…

d'Imants Ziedonis éditions du Cygne 2019

 

 

Robert Morel, un éditeur joyeux

Quarante ans de drôles de livres

« Je voulais faire des livres comme ma mère faisait des tartes, et une tarte à la rhubarbe, c’est pas du tout une tarte aux pommes, et comme mon grand-père faisait des chaussures, comme on vit, quand on vit, tous les jours, et c’est chaque fois autre chose, autrement »


Pendant quarante ans, Robert Morel (1922-1989) a tenu une place originale dans l’édition française.

Ses livres, de forme souvent étrange,  grâce au talent d’Odette Ducarre, (ronds, carrés, triangulaire, faits de matières inattendues (verre, matière plastique, pierre, toile cirée et  même papier… d’emballage), imprimés sur des papiers surprenants ne sont pas des livres-objets.

Jamais tirés à moins de mille exemplaires,  ils sont à eux seuls de véritables œuvres d’art et souvent de vrais livres d’écrivains.

 

« La race d’un livre, c’est tout simplement sa manière d’être, bien à soi, dans le monde… Un livre, ça ne vit pas dans une vitrine. Ça ne vit pas non plus dans un placard. Ça a besoin d’une table, d’un guéridon, d’un coussin, d’un bouquet de fleurs, d’une main amie à sa portée »

En moins de trente ans, il a publié : 

Claude Simon, 
Joseph Delteil, 
Blaise Cendrars, 
Marcel Pagnol, 
Loys Masson, 
André de Richaud,
André Benedetto 
Pierre Gripari…

Il s’est entouré d’artistes importants : 

Mathieu, 
Hans Arp, 
Louis Pons, 
Véronique Filozof, 
Édouard Boubat…

 

« Robert Morel était un type très bien, très chaleureux, enthousiaste, peut-être gourmand… Ses livres, oui, toujours des coups de cœur… et puis ses journaux extraordinaires. Et ses boites d’amour, de caresses et quantité d’autres inventions »
                                                                                              André Benedetto

 

« Mes livres ne fréquentent pas n’importe qui, n’importe comment. Je suis sûr qu’ils ont leurs têtes ; qu’ils sourient à l’un et disent merde à l’autre »

 

Il a créé des éditions originales :

-       Des livres carrés consacrés à La Célébration,


-       Livres à pendre dans sa cuisine et qui traitent des gastronomies du monde entier
,

-       Des livres pleins de trous, de bosses ou qui font de la musique,



-       Des collections de spiritualité,



-       Des ouvrages pleins d’humour



-       De véritables trésors de traditions populaires.

 

Et des centaines de mystérieuses petites boites pleines de baisers, de oui, de maman, de questions et même de réponses…

 

Et sans doute la plus petite collection du monde, les « O » (plus d’une soixantaine de titres), ronds, de 60mm de diamètre. 


« Un livre, c’est comme une habitation. Le lecteur va se mettre à vivre dedans, pendant quelques heures, et parfois toute une vie. Le lecteur, dans un livre, doit emménager, s’asseoir, s’installer, rêver, rester debout, éteindre la lumière, faire l’amour, s’endormir, recommencer. »

 

Écrivain et poète, engagé dans un combat spirituel exigeant depuis sa jeunesse, il a publié de nombreux livres dont certains ont fait scandale par leur liberté de ton et leur exigence de vérité.

« Je suis un homme de livres : je fais des livres et les livres me font, et me défont »

 

L’exposition, dans sa partie murale, présente la vie d’homme, d’éditeur et d’écrivain de Robert Morel. 



Plus de quatre cents ouvrages sont proposés à la curiosité des visiteurs, chaque collection présentée de manière différente en rapport avec leurs formes et leur contenu (livres pendus, entassés, étalés sur le sol, enfermés dans des « aquariums ».
Du plafond pendent des dizaines de petits « O » qui ont curieusement grossi pour l’occasion.




Une lecture du dernier livre d’André de Richaud que Robert Morel publia avant sa mort est aussi proposée.

 

ATTENTION. Cette exposition nécessite un minimum d’une douzaine de vitrines verticales et horizontales.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Compagnie du Grand Désherbage